07 49 23 69 99 info@orthopedago.fr

 

 

 

Ensemble faisons bouger les lignes !

Celui qui résiste à la « forme scolaire » nous rend service…Ensemble faisons bouger les lignes !

Dans l’article l’élève « modèle » existe-t-il ? Je tente un autre point de vue sur l’enfant / l’adolescent (alias « l’élève » en classe) qui « nous pose problème». Et si cet enfant, cet ado nous rendait service. C’est de la provocation ? Peut-être un peu, mais alors une provocation bienveillante !

De celle qui cherche à surprendre pour engager un échange et partager une réflexion. Ce qui cause problème est ce sur quoi nous n’avons pas la main, ce qui échappe à notre compréhension, à notre contrôleEt si nous prenions les choses autrement ? Adoptons un regard différent. Celui qui résiste à la « forme scolaire » nous rend service à tous !

Que dire de la reconnaissance au quotidien des troubles des apprentissages, des différences de fonctionnement, des atypies ? Depuis 2005[1] en particulier, nous avons fait collectivement du chemin mais la route est encore longue…Que ce soit à l’école, dans le secondaire, à l’université ou au travail…tant de situations disparates, compliquées. Il y a tant à faire !

Mon rôle en tant qu’orthopédagogue est de permettre à la personne de mieux se connaître, de comprendre le fonctionnement de son cerveau, d’aller à la découverte de ce qui lui rend service pour accéder à ses ressources, tirer profit des situations d’enseignement, s’engager activement dans ses apprentissages (apprentissages au sens large). Mon rôle consiste tout autant à agir en faveur d’environnements plus propices aux apprentissages.

Revenons à l’école, au collège ou au lycée…

Même avec un diagnostic, une « étiquette », des dispositifs d’aides existants, pas sûr que les besoins de la personne soient clairement identifiés, compris et pris en charge efficacement en situation. La faute à qui ? à quoi ? Je ne m’exprimerai pas à ce sujet dans l’immédiat. J’ai par-dessus tout envie de dire : mettons-nous autour de la table, pour cet enfant, cette adolescente…

Parents, enseignants, professionnels de la santé et de l’éducation, apprenons à nous connaître, coconstruisons des solutions, à petite échelle, petits pas après petits pas…Les associations font un formidable travail. Il y a, au sein du système scolaire et des collectivités, des gens engagés dans leur mission d’éducation et d’enseignement, des professeurs impliqués sur le terrain, des inspecteurs mobilisés ; les textes officiels ont dessiné le cadre d’une école inclusive… Et pourtant ça coince, ça rame, ça « couac ». Ne nous renvoyons pas la balle. C’est ensemble que nous allons arriver à faire bouger les lignes.

S’informer, se former que l’on soit enfant, ado, adulte, parent, professionnel,

Je reviens sur l’importance, à mes yeux, d’avoir des repères, des clés de compréhension. S’informer, se former que l’on soit enfant, ado, adulte, parent, professionnel, ne change pas miraculeusement la donne mais cela permet ce petit pas de côté parfois salutaire pour des situations difficiles à vivre de part et d’autre.

Celui qui résiste à la « forme scolaire » nous rend service à tous ! Faire connaître aux personnes, aux parents, aux enseignants le développement du cerveau, ses mécanismes et processus en situation d’apprentissage entraîne de mieux identifier les besoins des enfants, adolescents, apprenants … La connaissance du fonctionnement amène la reconnaissance des besoins. (Je sais, je sais, je radote… 😉) … et la reconnaissance de ces besoins devrait amener aussi à changer la « forme scolaire ».

Celui qui résiste à la « forme scolaire » nous rend service à tous car il nous invite à repenser notre organisation, nos réponses pédagogiques et éducatives.

L’orthopédagogue utopiste[2] ?  En tous cas il ne peut pas agir seul !

Nous évoluons dans différents environnements, notre cercle familial, amical, l’école ou le travail, plus largement la société : autant de systèmes dans lesquels nous avons des interactions.

Nous sommes nous-mêmes un « système » à part entière : notre propre fonctionnement, physiologique, psychique… Si l’orthopédagogue amène le plus souvent l’apprenant à s’adapter à son environnement, il agit pour que cet environnement s’adapte aux besoins de cette personne.

Et si l’orthopédagogue était un maillon entre les différents systèmes ?

Je vois dans l’orthopédagogie l’opportunité d’un trait d’union entre la neuropsychologie et l’enseignement, les sciences cognitives et les sciences de l’éducation au service de la prévention et la remédiation des difficultés d’apprentissage.

Orthopédagogue un métier de liens : liens entre les pratiques des champs professionnels de l’accompagnement, du soin, et les pratiques d’enseignement, liens entre les personnes, entre les différents intervenants et acteurs de la vie de l’apprenant. 

C’est tous ensemble, en agissant en synergie, que nous trouverons des solutions pour répondre aux besoins des personnes et favoriser leurs conditions d’apprentissage. C’est ensemble, parents, enseignants, professionnels de l’éducation et la santé, que nous pourrons faire évoluer les représentations sociales sur les difficultés de comportements, scolaires, les situations de handicap, troubles du neurodéveloppement.


[1] Loi sur le handicap
[2] L’orthopédagogue utopiste ?  (OrthopedaGO ! certainement ! … j’avoue 😉)

Vous avez aimé cet article - Partagez-le :
Facebookpinterestlinkedinmail

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Apprenons ensemble!

Contactez moi pour prendre un RDV téléphonique afin de discuter de vos besoins.
Ce premier entretien d’une heure est offert.